Une histoire de la pensée économique depuis 1945 : l’école néoclassique (5/6)

milton-friedman-pic

5. Les nouveaux classiques, la crise du keynésianisme

Les « nouveaux classiques » ou encore la « nouvelle macroéconomie classique » regroupe un ensemble d’auteurs qui ont pour point commun de remettre sévèrement en question, à partir des années 1970, la doctrine keynésienne. Durant tout le début des Trente Glorieuses, en effet, le keynésianisme était dominant et les recettes de Keynes semblaient fonctionner pleinement : taux de chômage inférieur à 4% dans la plupart des pays développés, croissance supérieure à 5%, forte progression des salaires et du pouvoir d’achat, moyennisation de la société, etc.

Lire la suite

Une histoire de la pensée économique depuis 1945 : l’école autrichienne (4/6)

Friedrich Hayek 576x720

4. L’école autrichienne, l’apologie du libéralisme

Cette école a une place marginale en science économique, du fait de sa combinaison originale de libéralisme radical et d’hétérodoxie. Son nom provient du fait que ses fondateurs étaient de nationalité autrichienne : il s’agit de E. von Böhm-Bawerk, de L. von Mises et surtout de F. Hayek (J.A Schumpeter peut être considéré comme un autrichien hétérodoxe). Les principales caractéristiques de cette école sont les suivantes.

Lire la suite

Une histoire de la pensée économique depuis 1945 : le postkeynésianisme (3/6)

robinson3.jpg

3. Le postkeynésianisme, le rejet du « Keynes-orthodoxe »

A. A la lisière entre Keynes et Marx

Les postkeynésiens sont des économistes qui ont refusé l’article de J. Hicks de 1937, considérant qu’il s’agissait d’une interprétation classique de la pensée de Keynes, contraire aux intuitions centrales du maître de Cambridge. Les postkeynésiens entendent insister sur le caractère radicalement anticlassique de la pensée de Keynes et rejettent les aspects les plus « classico-compatibles » du keynésianisme. Ils insistent sur l’économie comme circuit plutôt que comme équilibre (en particulier Kalecki), sur les prix rigides à court terme, sur le rôle de l’investissement, sur la dimension macroéconomique dans un contexte d’incertitude radicale et sur l’information imparfaite. Enfin, ils insistent sur le rôle effectif de la monnaie à court terme et à long terme, alors que les néoclassiques défendent la théorie de la neutralité de la monnaie, donc l’inefficacité des politiques publiques.

Les principaux représentants de ce courant sont N. Kaldor, M. Kalecki, J. Robinson (en photo) ou encore P. Sraffa. Comme on peut l’imaginer des hétérodoxes aussi radicaux n’avaient aucune chance d’obtenir le Prix Nobel.

Lire la suite

Une histoire de la pensée depuis 1945 : le néokeynésianisme (2/6)

20100409114929-1_0

2. Le néokeynésianisme, l’intégration de Keynes dans la théorie classique

Ce courant prend sa source dans l’article de John Hicks, M. Keynes and the Classics : a suggested interpretation, (1937) qui, à peine un an après la parution de la Théorie Générale, entend formaliser mathématiquement les principales idées de Keynes. Les principaux représentants de ce courant sont J. Hicks, R. Solow, R. Mundell et surtout P. Samuelson : ils obtiendront tous le Prix Nobel. L’objectif théorique de ce courant est d’intégrer Keynes à la théorie classique en faisant de Keynes un cas particulier du modèle classique. Alors que Keynes semble de prime abord opposé aux classiques, ce courant cherche au contraire à montrer qu’il est possible de les réconcilier. On a parfois appelé ce courant « école de la synthèse ». C’est le courant majeur de la seconde moitié du XXème siècle. Ses principales caractéristiques sont les suivantes.

Lire la suite

Douze mois de macronisme

800x-1

Emmanuel Macron a emporté la présidence il y a un an. Difficile de faire un bilan exhaustif d’un gouvernement qui se caractérise par sa frénésie de réformes, qui s’enchainent à un rythme soutenu. On peut cependant tenter de brosser quelques traits, sur la forme et sur le fond. Je me concentrerai sur le style de Macron, et sur les réformes économiques. Lire la suite

Note de lecture : Le danger sociologique

9782130750246_v100

L’ouvrage et les auteurs

Etienne Géhin est présenté sur la couverture comme un (ex) maître de conférences en sociologie. Avant cela, je n’avais jamais entendu parler de lui ; Gérald Bronner, en revanche, est plus connu du grand public, notamment pour ses analyses de la radicalisation et des théories du complot. Il a acquis récemment une notoriété médiatique relativement importante pour un sociologue.

Le contenu du livre

Le livre est un véritable plaidoyer pour la sociologie analytique, aussi appelée individualiste, ou encore compréhensive. Même s’il constitue une charge contre la sociologie holiste (ou structuraliste, ou culturaliste), le ton adopté n’a rien d’un pamphlet, comme certains médias l’ont prétendu (Le Monde, Les Inrocks). Il est plutôt constructif et adopte résolument une posture scientifique (la liste des références est assez fournie).

Lire la suite

Note de lecture : la Facture des idées reçues

41o3g2BEd6L._SX326_BO1,204,203,200_

Voici un livre que j’ai lu sur les conseils d’une collègue. Il est écrit par un trader passionné d’économie et de politique (à priori plutôt négatif pour moi), mais ressemble à un ouvrage de vulgarisation dans la veine des « freakonomics« . Rappelons l’idée générale de cette approche de l’économie : prendre un sujet, même sans rapport avec les thèmes classiques, comme les drogues, la consommation de viande ou les limites de vitesse, et faire une analyse coûts/bénéfices pour montrer qu’on pourrait faire autrement (ie. beaucoup mieux) avec une autre approche du problème, et éviter ainsi « la facture des idées reçues ». Voici quelques idées retenues : Lire la suite

Réflexions sur le statut ontologique du zygote (2/3)

Image result for le zygote est-il une personne humaine

III. Avant-propos épistémologique

Nous avons la certitude scientifique qu’un zygote est un être vivant de l’espèce homo sapiens. Par être vivant de l’espèce Homo sapiens, on veut simplement signifier un organisme avec une existence (être) appartenant au monde vivant (vivant) et en particulier à l’espèce animale Homo sapiens. Il s’agit d’un individu de cet espèce, comme la larve de chenille de Machaon est un individu de l’espèce des insectes lépidoptères de la famille des Papilionidae. Individu s’entend ici au sens d’échantillon. Mais comment doit-on considérer cet individu ?  Est-il une personne ? Si oui, pourquoi ? Si non, quand le devient-il ? Et qu’est-il ? C’est à ces questions très complexes que cherche à répondre Pascal Ide. Rappelons pour la forme que Pascal Ide est médecin, philosophe et théologien. Il a un doctorat dans ces trois domaines. Lire la suite

Réformer la France #7 : le permis à 10h

default_sharer

En plus d’interdire les frais de présentation au permis, la loi Macron de 2015 a introduit la possibilité de passer le permis en voiture automatique et de l’obtenir en seulement 13h de conduite, laissant inchangé le seuil obligatoire de 20h de conduite pour le permis B en conduite manuelle. Cette possibilité est intéressante mais ajoute de la complexité inutile, car le titulaire d’un permis BEA ne peut conduire que des véhicules à boite automatique, et doit repasser une épreuve de boite manuelle douze mois plus tard. Lire la suite

Réformer la France #3 : légaliser le cannabis

Il n’y a pas besoin d’être médecin pour savoir que consommer du cannabis abîme la santé des consommateurs. Mais on sait bien qu’en médecine, “seule la dose fait le poison” (Paracelse). Boire trop d’eau tue, tandis le poison le plus violent du monde, la toxine botulique, est utilisée sans danger à très faibles doses pour lutter contre les rides (botox). Le rapport avec le cannabis ? C’est que tout poison est relatif. On ne peut pas se contenter de rappeler les dangers médicaux du cannabis sans le comparer avec de très nombreuses activités légales, tout aussi dangereuses, voire plus. L’alcool, le tabac, les gaz d’échappement, l’excès de médicaments et l’alimentation grasse, salée et sucrée tuent bien plus que le cannabis. Mais seuls des hygiénistes aux pulsions autoritaires peuvent souhaiter l’interdiction de tous ces produits. Lire la suite

Réformer la France #2 : créer une taxe sur les m²

Il est essentiel que le système fiscal soit simple. Plus il l’est, plus il sera lisible par tous. C’est à la fois plus efficace économiquement (cela permet à chaque agent de mieux réaliser ses anticipations, à commencer par les investissements des entreprises) et plus juste politiquement (on sait ce que chacun paye, personne n’a le sentiment que son voisin bénéficie d’avantages indus). Le nombre de taxes et impôts différents est un point essentiel de la simplicité. Lire la suite

Réformer la France #1 : supprimer l’ISF

La France a une fiscalité complètement absurde et l’ISF en est l’exemple typique. Le paradoxe est que cet impôt concentre tous les débats idéologiques alors qu’il représente moins de 0,5% (!) des recettes fiscales des administrations publiques. Qu’on le supprime ou qu’on le garde, les effets resteront donc faibles. Ce qui ne dispense pas d’une réflexion rationnelle permettant de montrer qu’il vaut mieux le supprimer. Lire la suite

Réformer la France : introduction

Image result for en marche

Il est toujours plus facile de critiquer que de proposer, dit l’adage. Et la France est remplie de ces intellectuels brillants quand il s’agit de critiquer, mais beaucoup moins diserts quand il s’agit de faire des propositions réalistes. Par exemple, il n’est pas nécessaire d’avoir étudié le sujet pendant des années pour faire une critique pertinente de l’Union européenne, de l’Education nationale ou du capitalisme. Avec deux sous d’esprit critique et quelques bonnes lectures, n’importe qui peut montrer que le capitalisme produit structurellement des crises, que l’euro ne marche pas bien, et que l’Education nationale remplit de moins en moins bien ses missions. Mais faire des contrepropositions crédibles est d’une autre exigence intellectuelle.

D’ailleurs, les anticapitalistes de tous bords sont bien en peine de donner un seul exemple historique de système anticapitaliste ayant fonctionné : c’est simple, il n’y en pas. L’économiste américain Paul Samuelson a étudié l’économie pendant près de 60 ans : il avait passé sa thèse dans les années 1930 (à l’époque de Keynes !) et est mort en 2009. D’après Alexandre Delaigue, qui lui a rendu un bel hommage (ici), « à 90 ans, en 2004, il publiait encore un article qui suscitait de nombreux commentaires sur l’évolution du commerce entre les USA et la Chine ». Paul Samuelson a profondément influencé la science économique, tant et si bien qu’il est largement considéré comme le meilleur économiste de la seconde moitié du XXème siècle. Or, quelques années avant de mourir, Samuelson a accordé une interview à une radio américaine. Que dit-il au sujet du capitalisme et du marché ? (la traduction est de moi, vous pouvez retrouver les propos ici) :

« J’étudie l’économie depuis des années. J’ai appris des choses. J’ai désappris beaucoup de choses mais je n’ai pas été capable de trouver dans toute l’histoire économique documenté un seul cas où une région impliquant des millions de personnes peut être gérée sans un recours important au marché ».

Notez qu’il précisait aussitôt qu’il n’était pas pour autant d’accord avec Milton Friedman et ne croyait pas au laissez-faire. Les échecs dramatiques et successifs des différentes variantes du communisme dans des pays aussi différents que l’URSS, le Cambodge, la Corée, et plus récemment le Venezuela ne font que confirmer ce que, génération après génération, montrent les économistes. Mais cela n’empêche visiblement pas la France d’être remplie « d’intellectuels » toujours prêts à retenter l’expérience. Ou plutôt à la tenter, car il faut dire que nous n’avons jamais connu de véritable gouvernement communiste, contrairement à l’Allemagne, la Pologne ou la Hongrie, autant de pays pays aujourd’hui notoirement anticommunistes. « Cette fois, ça va marcher », clament ces adeptes de la méthode Coué : admirateur de Staline dans les années 30, de Mao dans les années 60, de Chavez dans les années 2000, et de bien d’autres du même genre. Dans les années 2010, la gauche radicale française ne tarissait pas de louanges envers la politique du Venezuela, citant à l’appui la popularité de Chavez, les bons chiffres sur la pauvreté ou le chômage. Mais il est aisé d’être populaire quand on dépense comme si le pétrole était à 200$ le baril, alors qu’il est à 100. Cela s’appelle de l’économie populiste. N’importe quel maire d’une petite commune qui fait cela sera aisément réélu. Il est également facile de faire baisser le chômage en embauchant massivement dans la fonction publique, ou la pauvreté en augmentant massivement les aides sociales. Mais sans amélioration de la productivité du pays, ça ne peut être que temporaire. A la moindre turbulence, le système s’effondre.

L’économie n’est pas une science exacte, il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de lois y sont très bien établies. Comme par exemple la relation entre masse monétaire et inflation, entre inflation et mouvements de capitaux, entre productivité et production de richesse, entre production de richesse et taux de chômage. Seules les imbéciles avec des œillères intellectuelles peuvent les ignorer. Et quand ils le font, les conséquences sont dramatiques pour les peuples qu’ils prétendent défendre. Pénurie de tout, inflation massive, dégringolade de la productivité, marche vers l’autoritarisme : voilà le véritable bilan de Chavez et son héritier Maduro.

On pourrait faire le même genre de remarques à l’égard des souverainistes de droite : il n’est pas très difficile de montrer que l’euro est structurellement défaillant. Mais montrer d’une façon rigoureuse et intellectuellement satisfaisante que la sortie de l’euro serait préférable est une autre paire de manche. N’est-ce pas Marine Le Pen ?

C’est pour éviter ce travers de l’esprit critique qui ne propose rien que je me lance dans une série d’articles visant à faire des propositions pour réformer la France. Nous avons un Président explicitement réformateur qui aura vraisemblablement une majorité dimanche : le temps semble donc venu. Mes publications concerneront l’économie la plupart du temps, et en particulier la fiscalité, mais aussi l’éducation ou d’autres sujets. Je n’étonnerai personne en disant que la fiscalité me semble être le chantier prioritaire du quinquennat, bien plus que le droit du travail. Or, François Hollande a fait exactement ce qu’il ne fallait pas faire dans ce domaine. Que pourrait-on faire ? voilà la question.

Dans un souci de clarté, je réduirai l’argumentation au strict minimum, en renvoyant chaque fois que possible le lecteur à des sources plus approfondies. Les articles seront donc de format court ; les propositions seront les plus concrètes et réalisables possible. Pas de « il faut baisser les impôts » ou « il faut taxer les riches » chez moi. Cela étant dit, je mettrai en évidence les divergences idéologiques chaque fois que nécessaire. Mais je ne tiendrai aucun compte de l’axe droite gauche, c’est-à-dire que ne me soucierai pas de savoir si les propositions sont associées à la droite ou à la gauche. Ni plus que de savoir si elles sont révolutionnaires ou modestes. Seul le degré de faisabilité sera important, et évidemment la pertinence économique. Je ne m’engage pas sur un rythme de publication. J’essaierai aussi de tenir compte de l’actualité.